À propos

Le Beef-Jerky

Des fines tranches de bœuf séché finement épicées, délicieusement bonnes, riches en protéines et pauvres en graisse…

 

À consommer sans modération, en encas, au repas ou à l’apéro.

Beef-it

L'origine du projet

Avril 2014. Eden et Yannick, deux jeunes entrepreneurs de 27 ans, s’apprêtent à vivre l’aventure d’une vie : elle démarre par un tour du monde et se prolonge par l’idée qui signera le début de Beef-It.

Première étape, la conquête de l’Amérique

Entre autres merveilleuses découvertes, ils rencontrent le bœuf séché, ces petites tranches délicieuses et finement épicées. Au fur et à mesure de leur voyage, ils s’aperçoivent qu’à travers l’Australie ou encore l’Afrique du Sud (Biltong), chaque pays possède sa propre recette à succès. De retour en France, le Beef Jerky est aux abonnés absents. Alors pour retrouver le goût de l’aventure, ils en commandent, sur Internet, une fois, deux fois, dix fois… Ils deviennent experts de toutes les marques existantes et observant qu’il manque un petit quelque chose à tous ces produits, même très bons. La french touch peut-être ? Alors ils se mettent à cuisiner.

Ils créent alors leurs propres lamelles, en utilisant des ronds de gîte délicieux venus tout droit d’Auvergne, et des marinades dont seul Yannick a le secret. Le succès ne se fait pas attendre – beaucoup de succès – auprès des potes d’abord, mais quand même. Les voilà fin 2014, l’entrepreneuriat en leitmotiv, ils plaquent tout pour se lancer !

« Nous sommes allés voir des éleveurs, nous nous sommes renseigné, on a bossé, pour finalement mettre en place 4 recettes à tomber. On a vraiment réussi ce qu’on souhaitait. Nous n’importons pas nos produits. Ils sont élaborés dans nos ateliers, à partir des meilleures viandes françaises, et de nos marinades secrètes. On est devenu les premiers fabricants de Beef Jerky français, et nous en sommes très fiers. »

Cette grande aventure, ils n’étaient pas les seuls à y croire… après avoir investi une grande partie de leur argent dans ce projet, ils sont accompagnés par la BRED, la BPI, le département de Seine-et- Marne (77), puis encore Scientipôle initiative et d’autres convaincue en Beef-It à l’unanimité.

Le Beef Jerky à la française est né !

Beef-it, l’exigence de la qualité

Pour élaborer nos Jerky, on utilise des ronds de gites achetés directement chez nos éleveurs partenaires d’exception, nichés dans le Bourbonnais, en Auvergne.

APPRÉCIÉE DES CONNAISSEURS POUR SES QUALITÉS GUSTATIVES SUPÉRIEURES, la viande de BŒUF CHAROLAIS DU BOURBONNAIS est la première à avoir obtenu un LABEL ROUGE en 1974.

C’est le seul Charolais Label Rouge certifié par une indication géographique protégée. Elle distingue un terroir privilégié au niveau européen et certifie le lien entre l’origine et les spécificités du produit.

Un terroir –
Au nord de l’Auvergne, le Bourbonnais, nommé Duché de Bourbon au XIVe siècle, correspond à l’actuel département de l’Allier.
Cette Noble terre, qui donna huit Rois à la France, a de tout temps été terre d’élevage.
Elle se caractérise par des prairies bordées de haies et d’arbres : le bocage.

Une tradition-
L’élevage est de type traditionnel : les animaux sont élevés en plein air une grande partie de l’année.
Ils se nourrissent ainsi principalement d’herbe, complétée de céréales.
Les éleveurs en filière Bœuf Charolais du Bourbonnais Label Rouge se sont engagés pour une alimentation non OGM de leurs animaux.

Herd of curious white Charolais beef cattle in a hilltop pasture  with the cows standing staring curiously at the camera in a line

Un savoir faire

De race Charolaise exclusivement, les animaux sont élevés dans la zone définie par l’IGP en 1996 : le Bourbonnais.

Ses caractéristiques, définies dans un cahier des charges précis, impliquent tous les partenaires de la filière (de l’éleveur au point de vente) et lui donne la garantie d’un produit de qualité supérieure.

Persillée & goûteuse, appréciée de tous : toute la noblesse du Terroir !
Pour assurer le respect du bien être animal et limiter le stress, les bovins sont transportés par les éleveurs et abattus dans la zone de production.

Afin d’attester le respect du cahier des charges, des contrôles sont effectués tout au long de la filière par un organisme certificateur indépendant.